Temps de lecture: 4 min

Étudier les réalités synthétiques
Imaginer des médias souhaitables .

« Il n’y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va »

 Dernier Post 

Aides à la presse
Posté par Gerald Holubowicz
06/10/2021

Faut-il poser des conditions aux aides À la presse ?

Les aides actuelles sont-elles correctement allouées ? Faut-il rediriger les aides à la presse vers les journalistes ou les soumettre à...

Lire la suite

 Dernier Post 

Aides à la presse
Posté par Gerald Holubowicz
06/10/2021

Faut-il poser des conditions aux aides À la presse ?

Les aides actuelles sont-elles correctement allouées ? Faut-il rediriger les aides à la presse vers les journalistes ou les soumettre à...

Lire la suite

Réalités Synthétiques.

Depuis leur apparition fin 2017, les deepfakes ou hypertrucages qu’on désigne aussi sous le nom de médias synthétiques nourrissent les inquiétudes de nombreux spécialistes de la désinformation. Que sont ces nouveaux objets conçus à l’aide de réseaux de neurones artificiels ? Constituent-ils une forme nouvelle d’objets visuels de la famille des mashups, des remix ou des memes que la culture web a fait éclore depuis 10 ans ou sont-ils des armes sophistiquée de désinformation en mesure de déstabiliser des démocraties, bouleverser le résultat d’élections ou provoquer des catastrophes économiques ? Ce carnet de notes ouvert à tous regroupe une partie de mes investigations focalisées sur l’émergence des médias synthétiques et la désinformation visuelle ainsi que leur potentiel impact sur nos sociétés. Cette espace accompagne un travail de recherches entamé dès janvier 2018, quelques semaines après que le phénomène ait gagné en popularité sur Reddit. N’hésitez pas à me contacter si d’aventure vous êtes intéressé par le sujet.

Médias souhaitables.

La question de l’audience devient cruciale. Non parce qu’elle alimente un modèle économique basé sur la publicité mais plutôt parce que sans lecteurs, un journal ou un média n’existe pas. L’information ne circule pas. Comment donc intéresser de nouveau les lecteurs ? Comment la presse peut-elle à nouveau être utile au public ? Comment ré-enchanter une relation un peu fanée ? La nécessité d’être à l’écoute se fait sentir ainsi que de proposer des produits éditoriaux plus adaptés. Il s’agit certainement de remettre en question un héritage. De l’adapter avec exigence. De l’enrichir avec soin. Le journalisme numérique, après l’analogique, repose avant tout sur l’hypertexte. Puis, intervient la mobilité pour ouvrir les frontières du texte et de l’image. Le partage se fait en un tap, de messagerie en messagerie. Il se propage en quelques instants. Le journalisme mobile devient image, vidéo, tweet, loop, data, interactif ou augmenté. Cette force implacable demande une force contraire, déconnectée, plus lente, ou l’attention est entretenue comme une vertu.

Réalités Synthétiques.

Depuis leur apparition fin 2017, les deepfakes ou hypertrucages qu’on désigne aussi sous le nom de médias synthétiques nourrissent les inquiétudes de nombreux spécialistes de la désinformation. Que sont ces nouveaux objets conçus à l’aide de réseaux de neurones artificiels ? Constituent-ils une forme nouvelle d’objets visuels de la famille des mashups, des remix ou des memes que la culture web a fait éclore depuis 10 ans ou sont-ils des armes sophistiquée de désinformation en mesure de déstabiliser des démocraties, bouleverser le résultat d’élections ou provoquer des catastrophes économiques ? Ce carnet de notes ouvert à tous regroupe une partie de mes investigations focalisées sur l’émergence des médias synthétiques et la désinformation visuelle ainsi que leur potentiel impact sur nos sociétés. Cette espace accompagne un travail de recherches entamé dès janvier 2018, quelques semaines après que le phénomène ait gagné en popularité sur Reddit. N’hésitez pas à me contacter si d’aventure vous êtes intéressé par le sujet.

Médias souhaitables.

La question de l’audience devient cruciale. Non parce qu’elle alimente un modèle économique basé sur la publicité mais plutôt parce que sans lecteurs, un journal ou un média n’existe pas. L’information ne circule pas. Comment donc intéresser de nouveau les lecteurs ? Comment la presse peut-elle à nouveau être utile au public ? Comment ré-enchanter une relation un peu fanée ? La nécessité d’être à l’écoute se fait sentir ainsi que de proposer des produits éditoriaux plus adaptés. Il s’agit certainement de remettre en question un héritage. De l’adapter avec exigence. De l’enrichir avec soin. Le journalisme numérique, après l’analogique, repose avant tout sur l’hypertexte. Puis, intervient la mobilité pour ouvrir les frontières du texte et de l’image. Le partage se fait en un tap, de messagerie en messagerie. Il se propage en quelques instants. Le journalisme mobile devient image, vidéo, tweet, loop, data, interactif ou augmenté. Cette force implacable demande une force contraire, déconnectée, plus lente, ou l’attention est entretenue comme une vertu.