Tomato Can Blues

Longform réalisé par le New York Times

L'HISTOIRE

Charlie Rowan, boxer du fin fond d'une campagne du Michigan, passionné par le combat en cage, réalise qu'il ne percera pas. Il doit beaucoup trop d'argent à beaucoup trop de personnes peu recommandables. Rien ne ressemble plus à une impasse que la situation dans laquelle il se trouve. Mais Charlie a un plan, un plan risqué, un plan qui tournera mal. Ce longform plonge le lecteur dans la sordide réalité d'une amérique blanche sans resources et sans repères qui tente tout pour s'en sortir.

CRÉDITS

PRODUIT PAR
NYT
DIFFUSÉ PAR
The New York Times
DATE DE SORTIE
2013
“ “It’s amazing that guys will get beat up for free,” a top fighter in Michigan said. “They just love to fight.”
—  Tomato can Blues

RÉALISATION

Digne héritier technique du longform "Snowfall", Tomato Can Blues raconte l'histoire de Charlie Rowan en mixant texte, audio et quelques mangnifiques illustrations animées par un habile système de parallax. Celles-ci se dévoilent et s'animent au fur et à mesure que le lecteur scrolle la page, révélant au passage des passages de l'histoire ou les mettant en scène. Le résultat: un storyboard vif et impactant, une histoire dense et captivante. L'épisode audio - bien que redondant avec le longform - renforce l'ambiance et donne une tessiture à l'histoire que la voix de Bobby Cannavale (Boardwalk of Empire) porte admirablement.

TONALITÉ

Si la partie texte reste un peu austère, elle se trouve largement réhaussée par les illustrations d'Attila Futaki. Leur animation sans accrocs donne du rythme à l'expérience et permet au lecteur de s'immerger dans l'histoire. Réalisées d'après des descriptions récoltées durant l'enquête, ces animations portent réellement la mise en page.
Intérêt
88%
Qualité de réalisation
95%
Compléxité UX
10%
Immersion
88%

ÉQUIPE

Ce projet a été réalisé, écrit et produit notamment par: 
  • Mary Pilon
  • Illustrations: Attila Futaki
  • Production: Xaquín G.V., Jon Huang, Sam Manchester, Rumsey Taylor et Josh Williams.
  • Narration: Bobby Cannavale
  • Production audio: Catrin Einhorn et Michael Puretz