Sale Temps pour Facebook2 min de lecture

Le Zuck qui trône à la tête d’un empire de 2,2 milliards de paires d’yeux, vient d’enchainer les mauvaises nouvelles. Après diverses auditions au printemps où Maximus Markus a dû se rendre suite à l’affaire Cambridge Analytica, c’est à la rentrée que les choses se sont corsées. Fin septembre, Kevin Systrom et Mike Krieger, tous deux fondateurs d’Instagram et respectivement CEO et CTO, mettent les voiles vers d’autres “aventures créatives”. Puis c’est au tour de Brian Acton, ex-CEO de Whatsapp parti de facebook en septembre 2017, de révéler les petits secrets du deal Facebook/Whatsapp. Et comme une mauvaise nouvelle ne vient jamais seule, boum! Le 25 septembre dernier, ce sont 50 millions d’utilisateurs qui voient leurs comptes potentiellement “hackés”. Côté utilisateurs la réponse ne se fait pas attendre. Selon le Pew Research Center, 44% des utilisateurs Américains entre 18 et 29 ans auraient supprimé l’application de leur mobile et beaucoup continuent de faire un “break” d’avec la plateforme. Chez les jeunes, c’est pire, Facebook est perçu comme un truc de vieux, et beaucoup préfèrent Snapchat, Instagram (de Facebook) ou la dernière arrivée TikTok (anciennement Musical.ly).

Les voix s’élèvent de plus en plus contre Facebook, sa cote au NASDAQ baisse inexorablement depuis fin juillet ($217,50 le 25/07 > $176,26 le 26/07 > $157,33 le 07/10) et ne semble pas se relever franchement faisant perdre des millions aux investisseurs. Dernière nouvelle, apparemment, quand Facebook ne marche plus, les médias en profitent. C’est ce qu’a découvert Chartbeat en analysant la coupure du 3 aout 2018 qui a provoqué un pic d’usage sur les app (+22%), de visites directes (+11%) et de “search” (+8%) pour tous les titres monitors par Chartbeat. La plateforme de Zuckerberg – s’il fallait encore le prouver – ne serait donc pas si bénéfique pour les médias. Peut-être une bonne occasion pour les versions online de ces titres de revoir leur point de vue sur l’inaltérable relation qu’ils entretiennent avec le réseau social – pour un temps encore – n°1. Et comme si ce n’était pas assez, Facebook a décidé de lancer son “Portal”, une sorte de webcam à la 2001 ou l’odyssée de l’espace connectée au réseau. Après les failles de sécurités, l’affaire Cambridge Analytica et la collection de mauvaise presse, qui sera assez dingue pour mettre le Portal dans son salon??? Le ciel se couvre sur l’empire de Zuck 1er.

Commentaire

Personne n’a pris la parole sur ce sujet, n’hésitez pas à laisser un mot.

Laissez un petit mot