Les Prédictions du Nieman Lab pour 20182 min de lecture

Comme chaque année, le NiemanLab vient de publier ses prédictions pour le journalisme. Plus d’une trentaine d’experts livrent leur vision pour 2018 – dont Alice Antheaume avec qui j’ai le plaisir de collaborer quand j’interviens à Sciences Po et Frédéric Filloux que j’ai pu rencontrer à l’occasion de la seconde session de l’Executive Master en Management des Médias et du Numérique (EMMedias) en décembre dernier. Pour résumer, la confiance envers les médias va continuer à se détériorer, les Fake News à se développer et la santé économique des titres papier de dégringoler. Le tableau semble bien sombre vu de ce point de vue, mais l’analyse ne s’arrête pas là. 

Fort heureusement le pivot vers la vidéo va s’éroder voire reculer à mesure que les titres réalisent qu’ils travaillent pour améliorer les revenus de Facebook et Google. La diversité au sein des rédactions va s’améliorer et permettre l’émergence de nouvelles voix et de nouveaux points de vue. Le mix de revenus des journaux va se développer et la pub comme seul modèle va progressivement disparaitre pour laisser de plus en plus la place à des modèles d’abonnement et des positionnements commerciaux plus forts.

L’éthique sera au centre des préoccupations. Plus de transparence (comme on l’a vu récemment en France avec Contexte qui publie sa déclaration d’intérêts), plus de mixité, plus de questionnement sur les relations entre presses économiques et les acteurs du secteur. La presse fait peau neuve et tente de recoller avec les préoccupations du moment. Le retour du public au centre du questionnement éditorial donne au journalisme un second souffle et l’ancre à nouveau dans une proximité qu’il avait tendance à perdre.

L’image, qu’elle soit fixe ou animée (mais plus certainement animée) continue sa montée en puissance. La vidéo, la réalité virtuelle et la réalité augmentée sont les nouvelles expérimentations de l’année à venir. L’intelligence artificielle faible et l’analyse de données vont également venir renforcer à la fois les propositions éditoriales et les stratégies marketing des titres qui peinent à capter un public nouveau face aux GAFAs qui les menacent de plus en plus.

Je vous laisse découvrir dans leur intégralité les témoignages et expertises réunies par le NiemanLab. Sur une note plus personnelle, j’aurai souhaité et j’espère encore voir un institut de cette trempe émerger en France ou en Europe tant le besoin de développer une voix singulière dans ce domaine se fait sentir de plus en plus.

Commentaire

Personne n’a pris la parole sur ce sujet, n’hésitez pas à laisser un mot.

Laissez un petit mot