Fake News, la contre attaque s’or­ga­nise5 min de lecture

Début février, First­draft et le Google News Lab ont profité du News Impact Summit orga­nisé dans les locaux de Sciences Po Paris pour annon­cer Cros­scheck. Une initia­tive de lutte contre la désin­for­ma­tion et un outil de véri­fi­ca­tion colla­bo­ra­tive à desti­na­tion des inter­nautes. Suivant la trace, d’autres initia­tives voient le jour à travers le monde.


L’élec­tion prési­den­tielle française approche, plus que quelques semaines pour battre campagne. Les jour­na­listes sont chahu­tés (ici, ici et ici) ciblés, attaqués. Les trolls français sont en ordre de bataille, soute­nus comme le révèle Buzz­feed, par leurs homo­logues améri­cains qui dans le domaine élec­to­ral ont gagné de sérieux galons l’an passé. Il était donc temps de passer à l’ac­tion et de déve­lop­per des outils pour guider les lecteurs à travers ce champ de mines digi­tal. C’est ce que tente de faire plusieurs coali­tions de titres français et étran­gers.

Une légion de rédac­tions contre la désin­for­ma­tion.

L’idée derrière « Cros­scheck » consiste donc à aider les lecteurs à repé­rer les intox, les fake news, la désin­for­ma­tion, bref tout ce qui ne relève pas d’une infor­ma­tion véri­fiée, recou­pée et sérieuse. À l’ap­proche des élec­tions françaises, 17 rédac­tions se sont réunies pour effec­tuer ce fact-checking (la véri­fi­ca­tion de la véra­cité de l’in­for­ma­tion) perma­nent. Chaque membre de cette coali­tion utilise les infor­ma­tions véri­fiées dans leurs propres articles.


Les lecteurs sont d’ailleurs solli­ci­tés dans cette quête de la vérité puisqu’ils peuvent soumettre leurs propres ques­tions sur telle ou telle info, signa­ler des liens suspi­cieux et consul­ter le site dédié pour véri­fier les infor­ma­tions qu’ils jugent douteuses. CrossC­heck repose sur l’uti­li­sa­tion de diffé­rents outils de fact checking et diffé­rentes tech­no­lo­gies telles que :

  • CrowdTangle, un outil qui aide à surveiller les conte­nus sur les réseaux sociaux perti­nents pendant les élec­tions.
  • Spike, une techno NewsW­hip pour repé­rer et prévoir les évène­ments viraux.
  • Google Trends pour repé­rer les recherches effec­tuées sur tel ou tel candi­dat ou sur la campagne en temps réel.
  • Hear­ken un système de mana­ge­ment de l’en­ga­ge­ment pour récol­ter et répondre aux ques­tions du public.
  • Meedan Check, une plate­forme colla­bo­ra­tive de véri­fi­ca­tion de l’in­for­ma­tion.
  • SAM un CMS de médias sociaux
  • Le Déco­dex, une base de donnée de près de 600 sites iden­ti­fiés comme sati­riques, réels, ou fake etc…

Coté Face­book, même initia­tive de véri­fi­ca­tion de l’in­for­ma­tion. Le réseau de Zucker­berg – qui supporte égale­ment l’ini­tia­tive Cros­scheck – s’est asso­cié avec l’AFPBFM TVFrance Télé­vi­sionsFrance Médias MondeLibé­ra­tionL’Ex­pressLe Monde et 20 Minutes pour véri­fier les infos signa­lées comme « fake » direc­te­ment depuis la plate­forme. Le fonc­tion­ne­ment : si deux titres valident le fait qu’il s’agit d’une fausse info, celle-ci se verra labé­li­ser comme tel dans le flux Face­book et sera exclue des dispo­si­tifs de moné­ti­sa­tion par la publi­cité. L’im­plé­men­ta­tion sur la version US de Face­book fonc­tionne déjà et son implé­men­ta­tion française se déploie ces jours-ci.

Contro­verse en Fran­ce…

À la fois juge et arbitre, le Monde.fr s’est égale­ment lancé dans l’aven­ture de l’anti Fake News avec son Deco­dex mené par Samuel Laurent. L’objec­tif du dispo­si­tif est d’of­frir un outil d’éva­lua­tion de crédi­bi­lité de sources. Un outil en évolu­tion, puisqu’a­mendé par l’équipe du Deco­dex qui remet régu­liè­re­ment à jour la base de données et les critères d’éva­lua­tion. Les objec­tions sont nombreuses et certains, comme le très inspiré Frédé­ric Lordon, l’équipe d’ar­rêt sur Image ou encore Libé­ra­tion ont d’ores déjà rejoint les rangs des scep­tiques. Sans préju­ger du succès de l’opé­ra­tion, on peut déjà noter que seuls les convain­cus, ceux qui cherchent réel­le­ment à véri­fier leurs infor­ma­tions, instal­le­ront l’ex­ten­sion Chrome néces­saire à toutes véri­fi­ca­tions.

… et contre attaque à l’étran­ger

Dans cette guerre contre l’in­for­ma­tion non véri­fiée, c’est toute la profes­sion de jour­na­liste qui semble se lancer dans la bataille. Le New York Times a récem­ment diffusé un clip pendant la dernière céré­mo­nie des Oscars visant direc­te­ment Donald Trump et sa dernière attaque « anti-mains­tream-media ».

Un peu avant ça, dès les premières semaines de janvier, la BBC a mis en place un service anti Fake News, le Guar­dian a publié un Quizz pour aider ses lecteurs à apprendre à détec­ter les fausses infor­ma­tions. Daniel Sierad­ski, jour­na­liste et acti­viste a déve­loppé un plugin de détec­tion de fiabi­lité des sources – le bsde­tec­tor (pour détec­teur à Bull­shit) – en réac­tion à l’in­ca­pa­cité de Face­book à réagir contre les fausses infor­ma­tions colpor­tées notam­ment par des éditeurs comme « InfoWars ». Le plugin a été télé­chargé près de 25.000 fois d’après un article du Guar­dian dans lequel Sierad­ski explique sa démarche.

Dans la même veine, Eli Pari­ser, CEO d’Up­wor­thy, un news mag améri­cain en ligne, et auteur du livre « The Filter Bubble », a dès novembre 2016 lancé une initia­tive colla­bo­ra­tive en ligne sur Google Doc inti­tulé « Media ReDe­sign: The New Reali­ties ». Ce docu­ment qui évolue rapi­de­ment grace à la colla­bo­ra­tion de nombreux jour­na­listes, acti­vistes et desi­gners du monde entier, ce veut être un guide pour rede­si­gner l’in­for­ma­tion à l’ère des bulles d’in­for­ma­tion. Je vous engage vive­ment à parcou­rir ce docu­ment de 186 pages extrê­me­ment riche en infor­ma­tions, en liens et en réflexions.

 


Pour aller plus loin : 

Et quand ça va trop loin : 

Commentaire

Personne n’a pris la parole sur ce sujet, n’hésitez pas à laisser un mot.

Laissez un petit mot