Il nous faut des jour­na­listes Desi­gners2 min de lecture

Dans le cadre de ses “Cahiers de Tendances”, Eric Sche­rer publie un post sur le blog MetaMe­dia inti­tulé “Il nous faut des jour­na­listes Desi­gners” qui vient renfor­cer ma convic­tion depuis long­temps établie et à l’ori­gine de Jour­na­lism.design (lire le post du 22 mai dernier ici) que le jour­na­liste doit se voir désor­mais en Desi­gner de l’in­for­ma­tion et adap­ter ses pratiques en consé­quences.

Tout d’abord, les objec­tifs:

Dans cette tran­si­tion, les jour­na­listes doivent — s’ils veulent conti­nuer d’avoir un impact sur une société de plus en plus défiante — accep­ter des modi­fi­ca­tions profondes de leur manière de racon­ter, de faire comprendre le monde, afin de mieux éclai­rer les citoyens, voire de les inspi­rer.

Eric Sche­rer analyse les nouvelles missions du jour­na­liste à venir pour défi­nir trois types de profils dont il décrit les spéci­fi­ci­tés plus loin:

  • Le jour­na­lisme visuel, expé­rien­tiel, immer­sif
  • Le jour­na­lisme pros­pec­tif
  • Le jour­na­lisme en mode projet

Un très bon post qui mets en lumière un mouve­ment de fond auquel je crois parti­cu­liè­re­ment qui est l’as­so­cia­tion multi­dis­ci­pli­naire au service de l’in­for­ma­tion. Aux Etats-Unis, un cursus expé­ri­men­tal soutenu par la Knight Foun­da­tion a même été créé à cet effet par The New School de Parsons à New York où des étudiants en design et en jour­na­lisme étudient ensemble les effets du jour­na­lisme sur le design et vice-versa pendant une année.

Dans le cadre des cours d’Inte­rac­tive Jour­na­lism que j’anime à Sciences Po et qui ont lieu durant le premier semestre de septembre à fin novembre (et dont vous pouvez lire quelques post rédi­gés par les étudiants ici), nous appro­chons le design narra­tif via des méthodes de Design Thin­king et explo­ront les “Nouvelles écri­tures” afin de permettre aux étudiants d‘ap­pré­hen­der au mieux ces tendances du jour­na­lisme moderne. Nul doute que bien des choses restent à amélio­rer, le chal­lenge majeur de ce type de programme de 12 sessions de 2h restant le manque de temps pour allier pratique et théo­rie sans que l’un ne soit canni­ba­lisé par l’autre. Le panel de sujets à explo­rer est vaste, de la narra­tion inter­ac­tive, la ludi­fi­ca­tion d’ex­pé­riences, le data-jour­na­lisme jusqu’à la maitrise d’ou­tils comme Racontr et consti­tue une intro­duc­tion au jour­na­lisme digi­tal tel qu’en­vi­sagé par Eric Sche­rer dans son dernier post, mais qu’un rapport du MIT avait égale­ment exploré.

Il est à souhai­ter que de telles forma­tions se déve­loppent en France et Europe pour qu’une nouvelle géné­ra­tion de jour­na­liste puisse prendre sa place dans le paysage média­tique et appor­ter sa diffé­rence.

Cour­rez vite décou­vrir le post d’Eric Sche­rer sur Meta­me­dia

Commentaire

Personne n’a pris la parole sur ce sujet, n’hésitez pas à laisser un mot.

Laissez un petit mot